AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Censure policière !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
OmbreBlanche
________________
________________
avatar

Messages : 212
Date d'inscription : 13/09/2010
Age : 45
Localisation : GPS intégré
Emploi/loisirs : Gonfleur de bouillottes au Bangladesh
Humeur : Mondaine

MessageSujet: Censure policière !   Jeu 9 Juin 2011 - 23:41

Décidément, il ne fait pas bon chanter du Georges Brassens à proximité de gendarmes.
Un groupe d'une trentaine de rebelles a été interpellé à Toulouse mercredi pour avoir entonné des chansons du célèbre moustachu devant un commissariat.

Interpellés... pour avoir chanté du Brassens !



http://fr.news.yahoo.com/interpell%C3%A9s-avoir-chant%C3%A9-brassens-181200015.html

Près d'une trentaine, les jeunes effrontés ont entonné devant un commissariat le refrain d'Hécatombe. Cette chanson avait déjà été à l'origine d'un fait divers similaire à Cherbourg il y a quelques jours : trois jeunes avaient chanté ses paroles (peu respectueuses des représentants de l'ordre) devant trois officiers, ce qui leur avait valu une mise en garde un peu sèche.

Une mobilisation solidaire...

Les Toulousains avaient dans l'idée de faire écho à cette anecdote, et avaient répondu présents à l'appel à la mobilisation qui avait eu lieu par SMS et internet. Ils se seraient ainsi retrouvés devant un commissariat de la ville pour chanter la chanson de Georges Brassens. Ils n'auraient toutefois pas entonné que ce morceau. Parmi les paroles scandées, le slogan "Mort aux vaches, mort aux lois, vive l'anarchie" ponctuait d'autres textes "offensants" et présentant un "outrage à la nation et aux forces de l'ordre".

...Qui s'est soldée par une interpellation

Les policiers n'ont "pas apprécié" leur performance. Les protestataires, qui ont voulu rester anonymes, ont donc été interpellés et conduits dans le commissariat, échappant de peu à une garde à vue sévère. Vingt-neuf d'entre eux ont été convoqués. Parmi eux, une Italienne a raconté sa stupéfaction suite à cette histoire "ridicule" et "surréaliste": "Je croyais qu'il n'y avait rien de mal à chanter Brassens devant un commissariat. Apparemment, il y a certaines personnes auxquelles on ne peut pas (...)



mon dieu ... reviens, Georges, ils sont devenus fous !